MADJIVE : « Business First » par Romain RICHEZ

MADJIVE : « Business First »

Genre : Rock Survolté / Rock Politiquement Incorrect

Par Romain RICHEZ

« Ce soir on va enfin voir MADJIVE […] Ils sont français, ils chantent en anglais donc tout ce qu’on peut aimer […] C’est simple, chaque morceau est une décharge d’énergie dans ta gueule ». Voilà en quelques mots comment l’intro d’un disque, ici « Ignition Program » de Business First, peut résumer à elle seule et magnifiquement les folles minutes qui suivront. Bref, ben MADJIVE ils sont français, ils chantent en anglais, on va forcément aimer et surtout ça va carrément envoyer une douzaine de décharges d’énergie dans ta gueule !

Après pas mal d’EPs (Keep Quiet en 2014, Wolves In The Jungle en 2015), de LPs (High Voltage Dangerous Rock’n’Roll) et de tout le reste, MADJIVE revient accoucher dans la sueur et le rock’n’roll de son petit nouveau, Business First. Certes le cadet de la fratrie discographique (au passage, déjà bien garnie) ne braillera, ne couinera, ne chouinera et ne fera ses dents « que » pendant moins d’une demie heure, mais une demie heure de purs décibels et de déchainements électriques d’un rock’n’roll mi-garage, mi-grunge, mi-hyperactif mais certainement pas de demie-molle ! En somme, il n’y aura pas besoin de changer de couches ni d’apprendre quoi que ce soit au bambin, Business First se débrouille très bien tout seul.

Du haut de ses douze pistes, Business First poursuit le son et l’univers inhérents à MADJIVE, à savoir un rock déjanté et survolté qui te fera décoller d’ton canapé. Alternant les phases électriques et les phases encore plus électriquement remuantes, MADJIVE se définit traditionnellement comme un cocktail rock’n’roll des plus bons goûts. Alliant l’énergie d’une bombe (punk ou rock) au côté délirant d’un The Hives en puissance, MADJIVE a ce grand avantage (ou défaut, on peut disserter longuement sur le sujet) d’être un groupe français. Quoi qu’il en soit, même si ça boit pas qu’d’l’eau et que ça bouffe de la baguette, MADJIVE ça envoie sec (comme le pain de la veille d’ailleurs…). Loin d’être des vieux croutons, MADJIVE c’est quatre zigotos délurés, dépareillés et burnés qui s’essaient à une espèce de rock’n’roll fou et dangereusement entrainant. MADJIVE c’est, de façon générale, le résultat de la musique de Claude François pile au moment où il a mis ses doigts dans la prise, à savoir un truc électrifié ou électrisé qui te fera hérisser les cheveux sur la tête tellement le coup de jus est intense (surtout si tu prends ta douche, pas vrai Cloclo ?!).

Alors mieux vaut ne pas compter sur ce Business First pour filer un coup de mou à MADJIVE. Bien au contraire, c’est sans doute le plus agité de la famille, celui qui donnera du fil à retordre à ses musiciens de parents et des crises adolescentes à plus d’une paire d’oreilles (« Same Bone »« We’re Clear »). D’ailleurs, Business First passe toute sorte de messages adaptés pour bien élever ses gosses, comme par exemple : la drogue c’est vachement bien (« I Am Addicted ») ou faut toujours faire confiance au type étrange qui rôde dans les ruelles sombres (« Desert Peddler »). Quoi qu’il en soit, à l’instar de son univers excentrique et granguignolesque, Business First est une belle réussite qui ruinera plus d’un 33 tours ou d’un 45 tours (en vrai, simplement d’un lecteur CD). Mais plus sérieusement, Business First s’annonce comme une satire moderne et ô combien réussie de nos sociétés modernes, et le tout sur une bonne grosse dose de rock’n’roll. Il est donc, on ne peut plus normal, que l’album regroupe de bons tubes (« Rigged Show »« Business First ») avec d’autres tubes encore meilleurs qui font remuer la tête (« Kid Bazooka », « Another Guidance ») et d’autres qui font dandiner (« Draft, Sketch & Outlines », « A Spooky Bargain »). C’est clair, MADJIVE n’est pas le groupe qui t’aidera à faire la vaisselle ni celui qui t’aidera à endormir tendrement et calmement le gosse. En revanche, c’est bien celui-ci qui pourrait t’accompagner pour balancer ou cogner le tout contre un mur (la vaisselle, pas le gosse hein !). Bref, MADJIVE c’est comme faire une Madjer pour un footballeur ou comme la sauce madère pour Jean Pierre Mader, c’est une expérience assez excitante qu’on peut raconter et vanter partout pendant pas mal de temps.

Alors avec ce nouvel album, MADJIVE prouve simplement et humblement que, comme les quatre zikos aiment à s’appeler, ils sont toujours « le chainon manquant entre Claude François et The Hives ». Bref, Business First c’est douze titres, avec (comme prévu) douze décharges d’énergie dans la gueule, et en prime une magnifique visite de nos sociétés et de nos vies à travers douze fables des temps peut être trop modernes et acerbement cons que nous traversons. Alors ne vendons plus notre cul à l’Amérique ni notre âme au fric ou au business, vendons plutôt notre cul à MADJIVE et notre âme au rock’n’roll ou à ce Business First !

Tracklist :
  1. Ignition Program
  2. I Am Addicted
  3. Same Bone
  4. A Spooky Hargain
  5. Kid Bazooka
  6. Business First
  7. Draft, Sketch & Outlines
  8. I Can’t Complain
  9. Rigged Show
  10. We’re Clear
  11. Desert Peddler
  12. Another Guidance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Illicomag! Captcha * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.