TRANS’ HIP HOP EXPRESS

TRANS’ HIP HOP EXPRESS

Par Guillaume A

Hazebrouck, jeudi 22 février, 20h. 450 personnes ont pris place dans les gradins d’Espace Flandre. Le Centre André Malraux nous annonçait « un étonnant voyage au-delà des frontières et des disciplines », une création qui « dépasse les clivages culturels artistiques et scéniques ». On n’a pas été déçu !

Quelle bonne idée cette rencontre entre la Compagnie Melting Spot et la Compagnie du Tire-Laine, entre la danse urbaine du chorégraphe Farid Berki et la musique live métissée (électro, tsigane, klezmer, gnawa, etc…) empruntée aux répertoires des musiques du monde et interprétée avec bonne humeur par le collectif lillois créé par Arnaud Van Lancker et Armel Richard.

On a plutôt l’habitude de voir des danseurs Hip Hop s’exprimer sur les remix des DJ… Avec ce spectacle, aux côtés de Malik Berki aux platines/machines, 4 musiciens du Tire-Laine (contrebasse, guitares, saxophones/clarinettes, clavier/chant/accordéon) apportent l’impact et la chaleur de l’interprétation live. Connus pour animer les bals et autres soirées festives, ces musiciens savent faire danser les gens, on le savait. On ne s’étonne qu’à moitié de les retrouver sur ce projet pour mettre en musique ces chorégraphies hip-hop. Les cinq danseurs, à l’image d’une formation musicale, récitent leurs partitions en solo ou de manière collective. John Martinage, Abderrahim Ouabou, Mathieu Corosine, Aurélien Collewet et Valentin Loval se partagent la scène, chacun dans leur style, se relaient, se défient, s’utilisent et proposent une performance détonante. L’interaction entre les artistes était telle qu’on pouvait parfois se demander si c’est le musicien qui improvisait sur les pas de danse ou le danseur sur les notes de musique…

Pendant plus d’une heure, TRANS’HIP HOP EXPRESS nous a donné à voir un espace de liberté dans lequel danseurs et musiciens ont exprimé avec talent, énergie et complicité, un spectacle original et poétique.

Cerise sur le gâteau au moment du rappel : Sur le ton de l’humour, les artistes proposent au public de rejoindre la troupe sur scène… des groupes d’ados ne se sont pas démontés et ont profité de l’occasion pour s’exprimer avec énergie et parfois pas mal de talent.

Et là on se rend compte du boulot entamé il y a quelques années par le Centre Socio Educatif d’Hazebrouck, organisateur avec AZS en octobre dernier de la 9ème édition des Haz’break Battle.

La culture Hip-Hop est belle et bien vivante en Flandre intérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *