THE VIDEOS : « Drugs »

 THE VIDEOS : « Drugs »

Genre : Grunge 90’s / Punk à Femme

Par Romain RICHEZ

 

Ah encore un de ces disques de rock porté par une femme au chant, un de ces disques où une sublime et douce voix envoûte l’oreille et enchante l’écoute, un de ces disques reposant qui… Non, on oublie ce dernier point ! THE VIDEOS est un mélange de punk et de grunge spécialement fait pour te trouer le cul, et la belle voix de Laura est avant tout là pour gueuler un bon coup dans ce qu’il reste du micro…

Bien plus que de se contenter de l’image d’un side project de l’ex-Mass Hysteria, Vincent Mercier, THE VIDEOS est bel et bien un groupe à part entière et surtout qui n’a rien à voir avec Mass Hysteria. Alors tous les comparatifs s’arrêtent là, et toute idée de comparaison s’abandonne par la même occasion, juste ici dans cette intro. Alors même s’il ne s’inscrit pas dans le même registre que l’armée des ombres ni la même énergie, THE VIDEOS envoie tout autant et aussi efficacement ! D’ailleurs, Drugs, le premier album du quatuor (et dont il sera question ici pour ceux qui ont du mal à suivre), en est la preuve incarnée !

Tout d’abord, difficile d’aborder ce premier jet sans parler bien évidemment de son enregistrement et de son mixage au White Bat Recorder, tout simplement car : quatre jours ! « Quatre jours », c’est précisément le temps qu’il aura fallu à THE VIDEOS pour réunir dix titres et les enregistrer live au studio afin de pondre cet album. Oui je sais, les plus mauvaises longues diront que ce n’est pas novateur, qu’à la grande époque tout ce faisait ainsi et que plus récemment Meshuggah l’a aussi fait et qu’il n’y a de ce fait pas besoin d’en chier une pendule. Et pourtant si, c’est précisément là que réside toute la magie de cet album, dans la pendule, le contre la monte et cette perpétuelle lutte face au temps qui défile, comme si ce disque se devait d’aller aussi rapidement que possible pour t’exploser les tympans et te faire sauter la caboche en prenant le moins de minutes et de secondes possibles ! Pour mieux expliquer la chose que par cette transition douteuse, tout au long de ce Drugs, efficacité rime brillamment avec rapidité. C’est vrai quoi, qui a dit que l’on avait besoin de 4 minutes par chanson pour séduire une oreille ou pour imprégner un refrain profondément dans un crâne ? Quoi qu’il en soit : « des morceaux courts inhérents au punk, un esprit revendicatif du rock’n’roll, un univers houleusement provocateur » et voilà THE VIDEOS résumé, lui aussi, en moins de deux minutes trente !

Blague à part, dans l’enchainement de cet album, peu de morceaux dépassent les deux minutes trente, ce qui est quand même assez long comparé à la minute trente de moyenne des titres de leur premier EP, Shoot First Ask Later, sorti en 2015 et totalisant huit minutes de condensé brutal de l’essence injecté dans THE VIDEOS. Ce choix s’expliquant bien évidemment par le style musical couvant une espèce de fast punk survolté (un peu comme nos Jodie Faster lillois !). Pour en venir à la musique et la composition même, THE VIDEOS sert un rock brut, abrupt et brute parsemé d’une espèce d’injection non défaillante de carburant punk dans un grunge déjà bien rageur. Cet instrumental bien énervé étant rejoint puis complété par la voix d’une madame envoyant tout ce qu’elle a et même bien plus encore, simplement pour embellir ce côté rageusement électrique qui fait un bien fou (« Life », « Revenge »). Alors vite oublié le cliché ou l’image de la diva princesse chouineuse avec son chiwawa et son maquillage à outrance, chez THE VIDEOS seuls les décibels se retrouvent à outrance et la diva est plutôt là pour hurler après le chiwawa du voisin ! Alternant des titres rentre-dedans avec d’autres plus abordablement axés rock (« Deny », « Biting »), Drugs réunit en vingt-cinq minutes de quoi te déclencher une crise d’épilepsie musicale, te liquéfier la cervelle ou tout simplement et agréablement te faire passer une bonne écoute en te laissant en tête à tête avec ce défouloir apaisant (« Blood », « Deny »). Drugs est un ensemble de titres rapides s’enchainant à une vitesse grungement excessive dans la plus grande tradition punk, pour un disque qui au final finit par faire exploser ta chaine hifi (« Doll », « Bullet »). Au milieu de tout ce déchainement, seuls les titres « Rotten » ou « Dirt » se révèlent un peu plus longs et un poil plus posés (mais vraiment un poil !) et ce n’est pas pour déplaire !

Bref, avec THE VIDEOS le bon réveil de bon matin est garantit mais le petit déjeuner n’est malheureusement pas fournit. Quoi qu’il puisse en être des réclamations et habitudes matinales de chacun, THE VIDEOS délivre une prestation efficacement enragée qui renversera ton lit et t’éjectera de ton traversin si besoin ! En fait, THE VIDEOS est une (nouvelle) belle découverte qui ravira plus d’une oreille prise de soudaines crises de démence ou de crises de nerfs, mais surtout THE VIDEOS est une valeur déjà sûre qui fera aisément parler d’elle tout au long de ces prochaines années. Drugs quand à lui est un album nerveusement rock’n’roll d’un groupe assurément énervé. Une belle petite claque !

Pour les fans de : The Runaways, Burning Lady, Brody Dalle, All For Nothing, L7 etc.

Tracklist :

  1. Revenge
  2. Drugs
  3. Deny
  4. Blood
  5. Rotten
  6. Bullet
  7. Biting
  8. Doll
  9. Life
  10. Dirt
  11. Oui FM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *