THE EDITORS à la Condition Publique

THE EDITORS + PUBLIC SERVICE BROADCASTING

La Condition Publique, Roubaix, le 16 Mars 2018

Photos & Texte : Sylvain STRICANNE

Les kids de Birmingham sont enfin repartis en tournée et cela 3 ans après la sortie de leur album « In Dream ». Que nous réservent ils ? Un nouvel opus « Violence » dont le premier single déstabilise le british establishment qu’ils nous ont habitué à entendre depuis 2005 depuis l’excellent « The Black Room ».

Quid de THE EDITORS en 2018 ? vous le saurez après, non pas une page publicitaire, mais le passage de PUBLIC SERVICE BROADCASTING.

Qu’il est ingrat d’être une première partie, mais qu’il est gratifiant d’avoir été choisit par le groupe en tête d’affiche. PUBLIC SERVICE BROADCASTING , c’est une superbe découverte instrumentale car pour vous situer le groupe, il faudrait parler de Man Or Astromen en moins surf, de The Flaming Lips en plus groovy. Nos Anglais ont développé un jeu de scène basé sur des projections de films historiques collants parfaitement avec leur musique instrumentale bien calibrée, technique et hyper bien composée. Ça sample, ça gratte sans ménagement la guitare, la batterie appuie le tout tandis que le clavier fait le lien. Le trio est multi-instrumentiste, il joue une musique classieuse qui tient en haleine. Au bout de 35 minutes, ils ont réussi à conquérir le cœur de beaucoup de fans de THE EDITORS, c’est mérité.

THE EDITORS , nos dandys Anglais sont accueillis avec ferveur dans cette superbe salle de la Condition Publique par une très grande majorité de fans Flamands. Sont-ils ceux qui ont rendu « sold out » la seule date Belge en 1 journée  pour profiter une deuxième fois du groupe ? Où sont-ils les expatriés d’un soir… Peu importe, ils sont très nombreux et ce soir on joue à guichet fermé aussi.

THE EDITORS commence fort en osant jouer directement leur nouveau titre « Hallelujah (So Low) », titre ambivalent qui commence en douceur et qui explose en son milieu, faisant renouer le groupe à son amour pour l’électro. Le titre est absolument parfait, taillé pour chauffer les foules. C’est parti pour quasiment 2 heures de show. Tom ne se ménage pas au chant. Sa voix suave et caverneuse a du mal à se mettre en route mais elle est tout de même extraordinaire.

C’est « The Weight of Your Love » qui est mis à l’honneur en premier lieu. Le groupe remonte l’histoire et joue une flopée de titres du précédent album « In This Light and on This Evening », on passera par une rareté : « Munich » pour enfin arriver à mon sens au meilleur du groupe, l’album qui a fait la réputation et le style de THE EDITORS : « An End Has a Start ». La voix de Tom est à son summum, la batterie disco-rock est juste parfaite. Il était temps de donner un coup de fouet à ce concert où le groupe avait tendance à alterner 3 chansons lentes et 2 titres plus énervés. Mais déjà la fin se fait sentir, la voix du chanteur ne tient plus trop le choc, heureusement pour le rappel, Tom la ménage avec un super acoustique du titre « Cold ». Le groupe termine par 3 autres chansons bien rythmées qui chauffent le public à blanc.

La Condition Publique a eu du grand EDITORS ce soir là, le lieu se prête parfaitement à ce genre de groupe, la proximité de la scène, à hauteur humaine, a permis des moments acoustiques ou piano intenses et uniques. Whatelse !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *