REDSPHERE : « Facts »

REDSPHERE : « Facts » EP

Genre : Thrash Violemment Groovy / Death Néo-Calédonien

Par Romain RICHEZ

Aujourd’hui direction les îles, le Pacifique, le tropique du Capricorne, la Nouvelle Calédonie, son soleil et ses plages de sable fin, mais aussi son REDSPHERE nouméen. Oui ! REDSPHERE de Nouméa, Nouvelle Calédonie ! Avec une telle origine, on aurait pu fortement imaginer un son chaud, bourré d’éclaircissements lumineux et huilé comme le dos d’une touriste déjà cramée par un soleil cuisant. Mais que nenni mon ami, il n’en est rien ! REDSPHERE est un mélange de death et de thrash tout ce qu’il y a de plus énervé et rageur. Mais surtout, le quatuor est assurément ce qu’il y a de plus agressif autour des magnifiques paysages paradisiaques d’Outre-Mer (entre les serpents et les requins). Quoi qu’il en soit, de notre côté, nous sommes (pauvres de nous) sous la pluie et le mauvais temps en Métropole, mais surtout dans le Nord alors c’est encore pire. De ce fait, tentons tout de même de nous réchauffer, du moins au niveau des oreilles, avec le premier EP de REDPSHERE…

Sobrement intitulé Facts et armé de sept titres (dont une intro logiquement nommée « Intro »), ce premier EP a de quoi faire hérisser les cheveux de nombreux headbangers et balancer les épaules des serial moshers des pits en tous genres. Cavalant rapidement sur les traces d’un Destruction brutalisé lourdement (oui c’est possible !) à coups de Six Feet Under old-school ou encore d’un Slayer qui aurait tronqué la voix de Tom Araya pour celle de Manuel Glatter (Deserted Fear) sur certains moments ou pour celle de Pete Kunz (Bloodspot) sur d’autres. En d’autres termes, un scream guttural bien braillé sur un instrumental bien dévergondé lorsqu’il s’agit de pondre des riffs ravageurs ou de casser des culs (« Plastic Heart »). Dans sa composition, Facts combine plusieurs éléments de divers styles ou genres, notamment les grunts ou growls typiques du death, les rythmiques effrénées inhérentes au thrash ou les riffs bien cratchy du groove metal (« Scratches On The Wall »). Rajoutons à cela un peu de mélodies et de lourdeur à en martyriser la double grosse caisse ou n’importe quel kit, et se dresse alors un EP colossalement imposant qui dégagera tout ce qui se trouvera entre lui et tes tympans. Facts avance en enchainant titres rageurs, titres ravageurs et surtout avant tout titres thrashers (« Burn Or Fall », « Plastic Heart »). Cependant plus que de simplement ressasser une violence sans fin, au fil de l’écoute, le mélange death / thrash classique du quartet s’écarte peu à peu de la tendance lancée par son « Mythomaniac » pour finalement se dégoter un côté un peu plus novateur et tenter de surprenantes innovations sur « Sound Of Despair » ou encore sur « Falling Mirrors ». Facts en a dans le ventre, et comme sa pochette (pour le moins assez bizarrement angoissante) finira par faire couler du sang et valdinguer des chaises dans des pièces sombres et peu éclairées. Seul petit « bémol », le single mis en avant « Mythomaniac » qui, pour ma part, ne rend pas entièrement justice à Facts, d’autres pistes plus ravageuses paraissent plus adaptées pour représenter cet EP (ma nuque battant d’autant plus pour « Scratches On The Wall » ou « Burn Or Fall »). D’ailleurs au final, ce petit « bémol » n’en est sans doute pas un, puisqu’il met tout simplement en avant le travail accompli sur ce premier EP et souligne le fait que si « Mythomaniac » est efficace en son genre et séduira plus d’une écoutille, le reste de l’EP réserve d’autres pépites qui se détachent encore plus à l’écoute et qui séduiront tout autant. En somme, la promesse d’une belle découverte et surtout la confirmation de l’exécution d’une belle prestation !
Et c’est comme ça que pourrait se résumer Facts, comme un premier EP qui annonce, en Facts, de grandes choses pour la suite et qui, sans révolutionner l’approche du genre, se révèle efficace, parfaitement maitrisé et agréable à l’écoute. Bref, avec cette prestation cadrée et recadrée, REDSPHERE enverra quelques claques pour secouer et réveiller n’importe quel amateur du genre et lui fera passer un bon petit moment. Alors pour les prochaines vacances, si Madame a une folle envie de plages de sable fin et d’une mer à l’eau d’un bleu paradisiaque, proposez lui un petit séjour en Nouvelle Calédonie, plus précisément à Nouméa, et surtout préparez lui un petit concert de REDPSHERE entre deux visites ou séances de bronzage topless…
Pour les fans de : Creeping Fear, Sepultura, The Big Teutonic 4, Six Feet Under

Tracklist :
1) Intro
2) Mythomaniac
3) Burn Or Fall
4) Scratches On The Wall
5) Plastic Heart
6) Sound Of Despair
7) Falling Mirrors

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *