KVELERTAK au Grand Mix par Vincent Demaret

KVELERTAK

Grand Mix – 1 décembre 2016

Par Vincent Demaret

SKELETONWITCH (Première partie)
Le groupe US envoie un thrash metal (teinté par moment de black) efficace mais, les minutes s’égrainant, les morceaux semblent un peu redondants. Le chant se partage entre un growl et un chant quasiment hardcore par moment. L’inspiration se trouve clairement du côté de Slayer, Annihilator, Exodus, etc…même si certains morceaux me rappellent aussi un groupe comme Black Breath. Sans être à fond dans ce que le groupe a joué jusque là, le dernier morceau « Red death, white light » dégage une ambiance violente, puissante, lourde, très hardcore par l’attitude du frontman, avec un chanteur déchaîné.

Setlist :
Burned from Bone
Beneath Dead Leaves
Crushed Beyond Dust
Black Waters
Serpents Unleashed
Beyond the Permafrost
Upon Wings of Black
Gorge Upon My Soul
This Evil Embrace
Well of Despair
I Am of Death (Hell Has Arrived)
Infernal Resurrection
Red Death, White Light

huge_avatar

KVELERTAK
Le groupe arrive sur scène sur un morceau d’ouverture très blackisant. Le chanteur arbore le traditionnel masque de chouette sur la tête, version améliorée : loupiotes, éclairage des yeux, le tout a beau être un poil « carton-pâte-scoobidoo-where-are-you ? », il fait quand même son petit effet. Le son un poil brouillon sur ce premier morceau s’améliore dès le second missile. Les titres s’enchaînent et le pit se met en route pour ne plus s’arrêter. L’ambiance est tout simplement excellente. La puissance de feu du groupe et son énergie punk qui déborde sont tout ce qu’il faut pour ravir une salle. Je trouve le dernier album moins bon que ses prédécesseurs, mais, étonnamment, les quelques nouveaux titres joués ce soir s’intègrent bien aux autres. Live, ils deviennent plus intenses et plus captivants. Les « hits » du groupe comme « Manelyst », « Bruann Brenn », « Mjød » ou « Evig Vandrar » font suer la fosse à très grosses gouttes. Le public est tellement dedans que le motif de guitare servant de break sur « Blodtørst » est repris quelques secondes a capella, à l’unisson – ou comment jouer du rock’n’roll en faisant « lalalala wowowoooooo » – irrésistible. L’inévitable morceau « Kvelertak » sera joué avec Erlend Hjelvik (le chanteur) qui brandira un énorme drapeau à l’effigie du groupe. Un des projecteurs s’en prendra d’ailleurs un coup vu la taille de l’étendard. Ce sont les risques du métier de projecteur, mais je me demande quand même ce que fout la Confédération Nationale des Projecteurs à ce sujet. Le groupe paraît plus que satisfait de cet accueil chaleureux pour une première fois dans la métropole lilloise, et assure à son public, qu’à terme, un retour din’l’coin aura bel et bien lieu. Pour parfaire cette soirée qui était déjà intense jusque là, l’un des guitaristes (Maciek Ofstad – oui ce sont des scandinaves effectivement) fête son anniversaire en ce 1er décembre et a droit à un « happy birthday » chanté par le public. Le 6-cordiste finira le concert entarté comme il se doit, jeté dans le public et ira en slam jusqu’au bar du fond de la salle. Le groupe aura des remerciements appuyés pour l’assistance, et au vu des sourires sur les visages du public, des membres du groupe et du scribouillard que je suis, la soirée a été, je persiste et signe, EX-CEL-LENTE.

Fin de transmission.

Setlist :
Dendrofil For Yggdrasil
1985
Mjød
Bronsegud
Månelyst
Berserkr
Evig Vandrar
Blodtørst
Ondskapens Galakse
Nekroskop
Svartmesse
Offernatt
Heksebrann
Bruane Brenn
Kvelertak

Rappel :
Nattesferd
Utrydd dei svake

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *